Le hub : pivot essentiel d'une organisation en étoile


La plupart des compagnies aériennes ont adopté le système du hub, terme anglais qui traduit le concept de plateforme aéroportuaire de redistribution.
Cette stratégie leur évite de multiplier des dessertes à la fois coûteuses et mobilisatrices d’appareils qu’il peut être difficile de remplir. Ainsi, elles ont réorganisé leur réseau autour d’un ou de quelques aéroports pivot, situés au centre de leur marché. De fait, le recours aux plateformes régionales a désigné quelques places fortes mondiales qui concentrent l’essentiel du trafic aérien.



Les politiques de libéralisation progressive des transports aériens, amorcées aux États-Unis dans les années 70, et mises en application en Europe au début des années 80, ont largement contribué à forger un paysage aérien fortement polarisé. En induisant une plus grande compétitivité entre les transporteurs, la déréglementation a modifié l’organisation du trafic, évoluant de dessertes point à point vers des systèmes hubs and spokes (traduction littérale française : moyeux et rayons d’une roue). Les nœuds du réseau sont constitués d’un seul point, le hub, vers lequel convergent toutes les lignes aériennes (spokes).

Ce modèle d’organisation du trafic, combiné à la logique du hub qui accueille une compagnie aérienne nationale d’attache (home carrier), ont conduit les grandes compagnies à concentrer leurs dessertes sur un pôle unique (Roissy-CDG pour Air France, Londres-Heathrow pour British Airways, etc.).
Ce fonctionnement en hub, initialement développé par les expressistes, a été facilité par le développement du fret aérien en ULD (voir chapitre “Conditionnement et manutention”).
 
Pour exemple, 95 % du trafic total traité par Air France Cargo passe par sa plate-forme de Paris-Charles-de-Gaulle. Son réseau s’articule ensuite autour de grands hubs mondiaux que sont Amsterdam-Schiphol, Séoul, New York, Atlanta et Canton.
La dynamique du trafic aérien montre une augmentation de la polarisation du trafic autour d’un anneau d’or, qui ceinture la planète dans son hémisphère Nord. La plupart des flux aériens majeurs partent et reviennent vers ces carrefours. Les aéroports de fret ont naturellement épousé l’évolution géographique d’une économie mondialisée articulée autour de la triade Asie-Europe-Amérique du Nord. Mais le développement de plateformes d’envergure, adossées à des ports et des zones logistiques performantes au Moyen-Orient, fait évoluer la donne.
 

Les limites des hubs and spokes
Un hub permet aux compagnies de réduire leurs coûts et d’augmenter leurs fréquences, aux usagers d’obtenir de meilleurs prix et des horaires plus intéressants et aux aéroports d’assurer le développement économique. Mais cette politique n’est pas sans inconvénients. L’augmentation du nombre de mouvements et la baisse de l’emport moyen de chaque vol, du fait des navettes fréquentes, entraîne un encombrement des plateformes qui se traduit par des retards et, à terme, par la saturation.
La hausse considérable des mouvements engendre également des répercussions sur l’environnement. Les autorités ont ainsi été contraintes de réguler l’activité des aéroports : mesures pour limiter les nuisances sonores, réglementation des procédures de décollage et d’atterrissage, restrictions des créneaux, maîtrise de l’urbanisme à proximité des aéroports, etc.
Le hub modifie en outre les relations entre le gestionnaire de l’aéroport et la compagnie, à l’avantage de cette dernière. L’expérience montre que les collectivités sont de plus en plus vulnérables aux changements de propriété des compagnies aériennes ou à leur disparition. D’autant qu’elles ont souvent au préalable consenti des investissements importants pour les accueillir.
Les gestionnaires d’aéroport doivent enfin composer avec leur voisinage. En 2008, DHL a transféré son hub aérien européen de Bruxelles-Zaventem (Belgique) à l’aéroport de Leipzig-Halle (Allemagne), en grande partie pour bénéficier d’une législation plus favorable, autorisant les vols de nuit.
Enfin, la stratégie déployée par les compagnies low-cost a montré que le hub n’est pas le seul modèle possible. Ainsi, Air France a tenté de se redéployer sur son territoire national, envisageant plus de liaisons de point à point. Sa première base opérationnelle en région a ouvert en 2011, à Marseille, puis deux autres ont été inaugurées à Toulouse et Nice. 



         < Fiche précédente     l     Sommaire général     l     Sommaire de section     l     Fiche suivante > 







     

1. LE FRET AÉRIEN, UN SECTEUR-CLÉ DE L’ÉCONOMIE MONDIALE | 2. LA CHAÎNE DES ACTEURS DU FRET AÉRIEN | 3. LES TRANSPORTEURS AÉRIENS : DES STRATÈGES INTERNATIONAUX | 4. CODAGE ET DÉCODAGE DES COMPAGNIES AÉRIENNES | 5. QUELS APPAREILS POUR LE TRANSPORT AÉRIEN DE FRET ? | 6. LE CONDITIONNEMENT ET LA MANUTENTION DU FRET AÉRIEN : DES ÉTAPES DÉCISIVES | 7. LES AÉROPORTS DE FRET : UNE ORGANISATION MONDIALE EN HUBS | 8. CODAGE ET DECODAGE INTERNATIONAL DES AÉROPORTS | 9. LES DISPOSITIONS DES CONVENTIONS INTERNATIONALES RELATIVES AU FRET AÉRIEN | 10. LES DOCUMENTS DE TRANSPORT AÉRIEN : DU PASSEPORT À LA FACTURE | 11. LA TARIFICATION DANS LE TRANSPORT AÉRIEN | 12. LES INCOTERMS® 2010 DÉFINISSENT DES RESPONSABILITÉS | 13. LES MATIÈRES DANGEREUSES, DENRÉE RARE DANS L'AÉRIEN | 14. LES ÉTIQUETTES DE RISQUE | 15. LA SÛRETÉ AÉRIENNE S'ORGANISE EN AMONT | 16. LA SECURITÉ AÉRIENNE MONDIALE EN CHANTIER | 17. LES RÈGLES DE L'ASSURANCE AVIATION





 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy