Le marché mondial du conteneur vide victime du Covid-19


Le problème du repositionnement de conteneurs vides en Occident n'a jamais été aussi grave depuis que le coronavirus pèse sur les annulations d'escales en Chine et les voyages à vide. De nombreuses boîtes mettent trop de temps à être dépotées dans le pays pour être réexpédiées dans des délais normaux.


Rapatrier en provenance de Chine des conteneurs vides en Europe devient nécessaire © Vincent Calabrèse
Rapatrier en provenance de Chine des conteneurs vides en Europe devient nécessaire © Vincent Calabrèse
En raison de l'épidémie du coronavirus, le perpétuel phénomène de déséquilibre entre conteneurs pleins et vides sur l'axe Est-Ouest, en défaveur de l'Europe et de l'Amérique du Nord, ne cesse de s'aggraver. Selon Container XChange, le portail allemand du conteneur, les opérateurs de la ligne régulière et les NVOCC se trouvent confrontés à ce problème croissant.
Ce phénomène récurrent de repositionnement des conteneurs vides, qui coûte systématiquement une moyenne de 20 milliards par an aux opérateurs du monde maritime, devrait se poursuivre. Selon le Container Availability Index (Cax), le baromètre mis au point par le portail germanique et les témoignages recueillis auprès de quelques transporteurs maritimes, la tendance ne devrait pas s'inverser.

"47 % de boîtes vides de plus à Shanghai, 33 % à Hambourg"


Pour Container XChange, qui constate que des millions de conteneurs continuent de s'amasser dans les ports chinois, celui de Shanghai comptait la semaine du 9 mars presque la moitié de boîtes vides de plus (+ 47 %) que lors de la même période en 2019 et Hambourg un tiers de plus (33 %).
Pour les spécialistes du conteneur, avec les voyages programmés à vide par les opérateurs, les NVOCC se voient contraints de conserver plus longtemps les conteneurs. Ils doivent ainsi s'acquitter de davantage de frais tels que les surestaries. D'autre part, ils doivent faire face à des coûts supplémentaires tels que les Peak Season Surcharges (PSS), Container Imbalance Surcharge (CIS), Congestion Surcharges (CNS) mais aussi des General Rate Increases (GRI). Il se dit que les NVOCC seraient encouragés à trouver des accords avec des armateurs pour que leurs boîtes soient rapportées dans des délais plus raisonnables dans leurs dépôts.

Carence de prises frigorifiques en Chine

Dans le secteur du conteneur frigorifique, le phénomène est préoccupant. Les grands ports chinois tels que Shanghai, Tianjin ou Ningbo sont congestionnés et l'on constate une carence de prises frigorifiques. Des armateurs conseilleraient même à leurs clients de choisir d'autres ports.
Pour l'heure, avec la propagation de l'épidémie dans le monde, le phénomène de déséquilibre de boîtes vides constaté sur l'axe Est-Ouest devrait se généraliser. En outre, les acteurs de la ligne régulière ne semblent pas près de connaître une amélioration des taux de fret. Une situation qui explique leurs annonces en matière de surcharges. Certains se disent toutefois rassurés par le redémarrage à 50 % des usines chinoises.
Aujourd'hui, il semble que MSC ait commencé à envoyer ses méga-porte-conteneurs en Chine pour rapporter en Europe et aux États-Unis une grande quantité de boîtes. Cette décision correspond à la nécessité de réapprovisionner les parcs vides en Occident.

Vincent Calabrèse

Lundi 16 Mars 2020



Lu 2682 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 17 Septembre 2020 - 16:08 L'État au secours des armateurs sinistrés


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide



























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal