Le numérique ouvre-t-il un nouvel âge au fret ferroviaire ?


La loi du 27 juin 2018 pour un nouveau pacte ferroviaire redonne des marges de manœuvre au rail. Ce nouveau souffle coïncide avec l’apport d’innovations numériques susceptibles d’optimiser la productivité et la qualité de service du mode. Si la stabilité sociale le permet, les chargeurs seront-ils au rendez-vous ?


Rencontres des chargeurs consacrées au fret ferroviaire le 2 octobre à Paris © Érick Demangeon
Rencontres des chargeurs consacrées au fret ferroviaire le 2 octobre à Paris © Érick Demangeon
Volontairement optimiste, le colloque de l’AUTF "Comment le fret ferroviaire est-il en train de se réinventer" le 2 octobre à Paris a souhaité tourner la page des grèves du printemps. Si des améliorations d’ordre réglementaire comme la continuité du service du réseau ferré sont toujours espérées, globalement, les chargeurs reconnaissent que les pouvoirs publics ont agi pour remettre à niveau le mode. Rappelées par Denis Choumert, président de l’AUTF, et François Poupard, directeur général de la DGITM, les mesures prises sont en effet d’ampleur : "Reprise de la dette de SNCF Réseau à hauteur de 35 milliards d’euros, investissement de 3,8 milliards d’euros par an dans l’infrastructure pendant dix ans, stabilisation des péages avec maintien de la compensation fret à hauteur de 90 millions d’euros par an et, pendant cinq ans, 30 millions d’euros par an alloués aux voies capillaires et de services et de l’aide à la pince pour 27 millions d’euros par an".
 
De nouvelles marges de manœuvre

En contrepartie, les pouvoirs publics ont demandé à SNCF Réseau un effort de productivité et envisage la réforme de Fret SNCF sur la table des autorités européennes. Au sein du gestionnaire d’infrastructures, une nouvelle stratégie industrielle baptisée "Nouvel R" est censée répondre à cette attente autour de grands objectifs cités par Jean Ghedira, directeur général clients et services de SNCF Réseau : "Renforcer la robustesse des grands nœuds ferroviaires saturés ou à fort potentiel, rénover les voies capillaires et de services dans le budget alloué dans le cadre d’approches collaboratives et déployer de nouvelles technologies, comme le système de signalisation-contrôle ERMTS II, pour augmenter les capacités du réseau et améliorer la gestion de ses actifs".
 
Révolution numérique

Le décor planté, la balle est désormais du côté des acteurs du système ferroviaire pour relancer son segment fret. Appelé à être reconduit dans le maritime, les ports, le routier et le fluvial, le colloque de l’AUTF avait pour objectif de décrypter l’apport et l’impact des nouvelles technologies dans le mode, les tendances et stratégies mises en œuvre. À l’instar de tous les maillons de la chaîne logistique, les outils numériques y bouleversent en effet les offres et services même si les modèles économiques restent à stabiliser tout comme l’interopérabilité des solutions.

"Optimiser la disponibilité du réseau, la circulation des trains et la rotation des wagons à un coût compétitif"


Train digital développé par Fret SNCF et Traxens, plateforme collaborative d’Everysens, nouveaux matériels et outils de gestion des actifs et de leur maintenance conçus par Europorte dans les Grands Ports maritimes notamment… Ces outils visent à répondre aux attentes des clients du rail précisées par Arnaud Desmonts, directeur transport et logistique d’Arcelor-Mittal, et Pascal Sainson, président d’Europorte : "Augmenter la productivité du système ferroviaire par une meilleure disponibilité du réseau pour recevoir davantage de circulations de trains à un coût plus compétitif, optimiser les rotation des parcs wagons et  renforcer la qualité et la fiabilité du service".

Approche pas à pas

De l’avis général, l’innovation technologique suppose qu’en parallèle le mode fasse sa révolution organisationnelle. Au "Grand soir", les chargeurs comme les opérateurs rail-route privilégient dès lors des technologies avec "un time to market" court permettant des bénéfices rapides. Selon Dominique Denormandie, président du GNTC, "les innovations doivent avant tout miser sur la simplicité en mixant nouvelles technologies et nouvelles organisations avec des gains opérationnels rapides face à une concurrence du transport routier très agressive". L’acceptation et le déploiement accéléré du numérique dans le fret ferroviaire supposent également une large concertation entre entreprises ferroviaires, gestionnaires d’infrastructures, équipementiers, loueurs de wagons et offreurs de solutions autour de standards et normes ainsi que sur la sécurisation des données. Une condition jugée "urgente" par Sylvie Charles, directrice générale de SNCF Logistics.

Érick Demangeon

Jeudi 4 Octobre 2018



Lu 1494 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy