Les ports maritimes français fragilisés par la baisse des vracs énérgétiques


Des acquis, des pistes d'amélioration et des sujets à suivre avec vigilance. Sans représentants syndicaux, le colloque organisé par TDIE le 12 décembre à Paris sur les ports maritimes plébiscite les bénéfices de la réforme de 2008 et les approches par façade. Peu d'avancées sont en revanche constatées sur le front des dessertes terrestres. La baisse des vracs énergétiques, mal anticipée, fragilise les capacités d'investissement.


Les dessertes terrestres demeurent le talon d'Achille des ports maritimes français © GPMM
Les dessertes terrestres demeurent le talon d'Achille des ports maritimes français © GPMM
Au cours des années antérieures, les colloques consacrés aux ports maritimes français se résumaient souvent par une succession de dysfonctionnements sources de rupture et de manque de compétitivité pour les chaînes logistiques nationales. Si le nouveau paysage issu de la réforme de 2008 n'est pas encore parfait, il est toutefois porteur d'espoirs. Cette conclusion est partagée par les compagnies maritimes, chargeurs, transitaires et autorités portuaires appelés à témoigner à l'invitation de TDIE en partenariat avec la DGITM et l'Union des ports de France. Trois ans après l'entrée en vigueur de la réforme, les constats sont plutôt positifs et font consensus autour d'un "climat social apaisé, l'amélioration de la productivité sur les terminaux, et de la coopération entre acteurs portuaires". Pour achever cette évolution, "quelques pas restent à franchir en matière de maintenance des outillages", selon Jean-Claude Terrier, président de l'UPF, chargé de réaliser la synthèse des débats. Quant à Maurice Desderedjian d'EDF et Georges Strullu du port de Bayonne, ils ont également soulevé deux difficultés : "Le faible impact de la réforme dans le domaine des vracs, et ses conséquences financières pour les ports décentralisés qui l'applique sans en tirer d'avantages".

Appel vers les collectivités territoriales

Si les conclusions et orientations de la commission Mobilité 21 sur les infrastructures de transport en faveur des ports sont saluées, le talon d'Achille de ces derniers demeure les dessertes terrestres. La lente avancée des projets d'accès fluviaux directs à Port 2000 et à Fos 2XL, au cœur des négociations des prochains CPER 2014-2020, en témoigne. De nature à accélérer ces dossiers et d'autres, les logiques d'axe à l'image d'Haropa sont encouragées et à étendre. Le directeur général de MSC France, Stéphane Snijders, invite ainsi à la création de "Haropaca" avec l'intégration dans le GIE de l'axe Seine du port de Caen.

"Les ports devront être plus sélectifs dans leurs investissements"


Plus au sud, sur les bases initiées par Medlink Ports, une approche similaire est jugée "urgente" par Thierry Guimbaud, directeur des services de transport à la DGITM. Au-delà, les négociations menées dans le cadre des CPER, les approches par façade ou la gestion des capacités foncières démontrent le rôle croissant des collectivités territoriales dans la définition et le financement des stratégies portuaires. Un enjeu identifié mais peu développé lors du colloque faute d'intervenants de ces dernières, tout comme manquaient les représentants syndicaux dont l'avis sur le bilan de la réforme aurait été précieux également.

Quelques ombres au tableau

Dans un environnement budgétaire contraint, le financement des stratégies portuaires génère plus d'interrogations que de réponses. D'autant que les ports sont confrontés à une donne qu'ils n'ont pas anticipée concède Jean-Claude Terrier : "La baisse des vracs énergétiques". Le secteur a longtemps alimenté les capacités financières des autorités portuaires. Citant les potentiels du GNL ou des EMR, "il faudra du temps pour les compenser", reconnaît le président de l'UPF. Durant cette période transitoire, "les ports devront être plus sélectifs dans leurs investissements". Parmi les autres points de vigilance, les débats ont d'ailleurs pointé l'importance de l'attractivité des ports français vis-à-vis des investissements en provenance d'opérateurs étrangers, et le développement de capacités foncières dans le respect des règles environnementales. À concrétiser, la DGITM par la voix de Thierry Guimbaud s'est engagée à améliorer les régimes de TVA à l'importation, et à aménager la réforme de 2008 pour les ports décentralisés...







     

ACTUALITÉ | BUSINESS CENTER | LIBRAIRIE | Abonnements | Qui sommes-nous ? | Annonceurs | Contacts | GoodBarber Rubrique | Offre spéciale NL





 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy