Marseille-Fos : premier semestre plombé mais maintien du cap


Après un début d'année fortement perturbé par les grèves et le coronavirus, Marseille-Fos accuse une baisse de 15 % de son trafic semestriel. Le port, qui entrevoit la reprise, assure qu'il poursuivra les investissements prévus pour cette année.


Le comblement de la "rotule" de Fos-sur-Mer fait partie des chantiers en cours © FA
Le comblement de la "rotule" de Fos-sur-Mer fait partie des chantiers en cours © FA
Après "six mois de crise sur sept" de décembre à juin, l'activité du Grand Port maritime de Marseille-Fos (GPMM) a subi un coup d'arrêt important au cours du premier semestre, avec une baisse de 15 % de son trafic de marchandises, à 33,6 millions de tonnes au lieu de 39,5 Mt.
Alors que "l'on avait terminé 2019 très positivement, du moins jusqu'à fin novembre", rappelle le directeur général de l'établissement Hervé Martel, les mouvements sociaux liés au projet de réforme des retraites avaient amoindri les volumes, avec quinze journées de grève dans les ports français entre le 5 décembre et le 6 février.
La crise du Covid-19 a achevé de plomber l'activité d'un port qui est resté "totalement opérationnel", dans un mode dégradé suffisant pour traiter les 18 escales quotidiennes au lieu de 25 en temps normal. Il est acquis que le trafic annuel sera le moins bon de la dernière décennie.

Signes de retour à la normale

"Suivant l'évolution de la production et de la consommation mondiale", le trafic conteneurisé a diminué de 14 % en tonnage au cours des six premiers mois. En nombre de boîtes, la baisse est de 17 %, à 617.105 EVP alors que la croissance de ce segment était de 6 % jusqu'en novembre 2019.
Les marchandises diverses dans leur ensemble ont perdu 15 % de leur volume, à 8,7 Mt, et le flux de véhicules à l'import comme à l'export à chuté de 23 % du fait de l'arrêt des ventes.
S'il se garde bien de s'avancer sur un "rebond", Hervé Martel avoue percevoir un "frémissement" de l'activité. Il évoque des indications sur le fait que "les porte-conteneurs partent pleins de Chine" et des effets qui "commencent à se faire sentir sur le port de Marseille".
C'est le cas aussi pour les vracs liquides, globalement en baisse de 13 % sur six mois pour quelque 20 Mt, et qui se reprennent avec le retour de la consommation et des déplacements, notamment les importations de brut et de produits raffinés. Les résultats sont disparates puisque les biocarburants et le GNL (+ 2 %) se sont bien comportés de janvier à juin.
S'agissant des vracs solides, l'excellente campagne céréalière, qui a augmenté de 21 % les vracs agroalimentaires, a permis de limiter la baisse globale à 1 %. Ce ne sera probablement pas le cas l'année prochaine. Le trafic lié à l'activité sidérurgique a, lui, chuté de 25 %, ArcelorMittal Fos ayant arrêté l'un de ses deux hauts-fourneaux le 23 mars.

Le passager à l'arrêt

C'est bien sûr l'activité passagers qui a le plus pâti des mesures sanitaires, avec l'arrêt total de la plupart des liaisons. Malgré quelques escales imprévues de paquebots bloqués en mer, le nombre de croisiéristes accueillis à Marseille a baissé de 84%, soit quelque 128.000 passagers contre 800.000 en 2019 à ce moment de l'année. Les liaisons en ferry avec la Corse et le Maghreb, qui génèrent un trafic annuel de 1,25 million de passagers par an, ont diminué de 59 % (environ 162.000 voyageurs) et le trafic avec l'Algérie n'a toujours pas repris.
Sur les six premiers mois de l'année 2020, un total de 291.000 passagers sont passés par le port de Marseille qui en avait accueilli environ 1,2 million au premier semestre et 3 millions sur toute l'année 2019.

Responsabilité et incitations commerciales

D'un point de vue financier, Hervé Martel s'attend à une diminution d'environ 20 % du chiffres d'affaires, qui pourrait passer "de 170 à 135 millions d'euros". Il se félicite que la "situation financière saine" de l'établissement lui permette d'envisager sereinement la reprise : "dans la situation d'il y a dix ans, ça n'aurait pas tenu", avance-t-il.
Pour la direction du GPMM, qui évoque sa responsabilité vis-à-vis des entreprises locales, cette solidité lui permet de maintenir la plupart des investissements pour l'année en cours – 57 millions d'euros sur les 70 prévus initialement –, simplement en augmentant ses emprunts, "de 10-20 millions à 25-35".

"Aucune raison de remettre en cause nos choix stratégiques"


Hervé Martel ne voit dans cette crise "aucune raison de remettre en cause les choix stratégiques" du port. Parmi ceux-ci figurent l'extension du courant de quai (Cenaq) et du soutage au GNL, la construction d'infrastructures pour câbles sous-marins, le lancement du chantier du terminal passagers du cap Janet et la fin du comblement de la "rotule" entre les terminaux à conteneurs de Fos-sur-Mer.
Pour "accompagner et fidéliser les clients du port", ce dernier annonce 6,5 millions d'euros d'incitations commerciales. La plupart constituent des prolongations de septembre jusqu'à décembre de mesures prises pour la période de confinement et qui ont peu ou pas porté leurs fruits. Sont ainsi reconduites les réductions de droits de port pour la filière conteneurs (jusqu'à 50 %), ro-ro, ro-pax et voitures (jusqu'à 30 %), le moratoire sur les pénalités prévues par les conventions avec les opérateurs portuaires en cas de manquements aux objectifs de trafic et les remises sur les frais de stationnement, notamment des paquebots, dont l'activité est nulle. Onze navires sont aujourd'hui stationnés dans le port de Marseille. Une remise supplémentaire de 50 % pour le transbordement de conteneurs est ajoutée au dispositif pour quatre mois à partir de septembre car "les ports de transbordement ont mieux résisté à la crise".
Devant les incertitudes, la validation des investissements à moyen terme et donc du plan stratégique ont été repoussés à l'automne.

Franck André

Jeudi 9 Juillet 2020



Lu 1209 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Septembre 2020 - 17:11 Brève grève des officiers du port de Calais


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide

























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal