Marseille, Toulon et Nice vers le "zéro fumée" pour les navires passagers


Le conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur va aider ses trois ports dans leur projet de fournir le courant à quai à la quasi-totalité de ses navires passagers d'ici 2025. Le financement initial annoncé est de 30 millions d'euros à l'intention des ports et des armateurs.


Le port de Nice bénéficiera d'une solution de branchement mobile © Corsica Ferries
Le port de Nice bénéficiera d'une solution de branchement mobile © Corsica Ferries
En peu de temps, le sujet était devenu très sensible à Marseille devant la croissance de l'activité de croisière dans le port phocéen. Jeudi 5 novembre, une nouvelle étape a été franchie dans la prise en compte et le traitement par les pouvoirs publics de la pollution atmosphérique issue des activités portuaires.
La région Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca) a ainsi annoncé un plan de 30 millions d'euros pour faciliter l'électrification des quais dans les ports de Marseille, Toulon et Nice pour leurs navires passagers.
Ce dispositif "Escales zéro fumée" a été présenté en présence d'Élisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, venue soutenir l'action du président de région, Renaud Muselier, avec le nouveau secrétaire d'État aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, dont c'était le premier déplacement, deux jours après sa nomination.
Devant les représentants des trois places portuaires et aux côtés des édiles niçois et toulonnais et du président du conseil exécutif de Corse, le président du conseil régional a appelé à transcender les appartenances géographiques et politiques dans l'intérêt commun.
Selon lui, "près de 100.000 habitants de la région vivent au-dessus des normes d’exposition aux dioxydes d’azote fixées par l’Union européenne : 37.000 à Marseille, 56.000 à Nice et 3.600 à Toulon. Et un habitant de ville portuaire sur deux vit au-dessus des normes OMS, plus exigeantes".

Soutien aux projets existants

Sur l'enveloppe globale initiale, qui doit être renouvelée sur le long terme, 25 millions d'euros, déjà prévus au budget régional 2020 et 4,5 millions sont espérés de l'UE via le Feder.
Près de 20 millions doivent être consacrés aux infrastructures portuaires et 5 millions aux armateurs. Cette partie sera distribuée sous la forme d'aides à l'équipement plafonnées à 300.000 euros par navire, "sauf si un dépassement se justifie", selon le cabinet du président de région.
Huit navires sont à équiper chez Corsica Ferries, six chez Corsica Linea, ainsi que le futur roulier mixte de La Méridionale dont l'acquisition vient d'être confirmée.
Un million d'euros est annoncé pour aider au développement de la filière GNL, 2 millions pour soutenir "la filière hydrogène et le mix énergétique", un million pour la fourniture de scrubbers et un autre pour les associations de défense de l'environnement et les organismes de mesures.

"100.000 habitants au-dessus des normes d’exposition aux NOx"


Marseille a déjà commencé sa mue. Dans le premier et seul port français et méditerranéen à connecter des navires de commerce au courant de quai, les trois navires de La Méridionale, la compagnie pionnière, sont branchés lors de chacune de leurs escales marseillaises depuis début 2017. Sa concurrente Corsica Linea, forte d'un financement de la région Paca et de l'Ademe, devait suivre en février 2019 mais n'est toujours pas passée des annonces aux actes.
À Marseille, l'investissement régional, qui avoisinerait les 10 millions d'euros, abondera celui déjà annoncé par le Grand Port maritime et dans lequel l'engagera son nouveau projet stratégique. Ce plan déjà cofinancé par le département (6 millions) et l'Ademe a pour objectifs le branchement à quai de tous les ferries des lignes Corse et Maghreb d'ici 2023, ainsi que l'électrification des formes et postes de la réparation navale. Beaucoup plus ambitieux, il vise pour 2025 une extension de la connexion électrique des navires à quai (Cenaq) à tous les paquebots en escale à Marseille. Un défi étant donné les puissances appelées par ces géants, six à huit fois plus importantes qu'un ferry, soit "l'équivalent de la ville de Toulon", d'après Renaud Muselier.

85 % du temps d'émissions en moins à Toulon

À Toulon, le projet d'électrifier les trois quais – de la Corse, Minerve et Fournel – est déjà finalisé par le port (CCI du Var), la métropole TPM et Corsica Ferries et avait été annoncé en février. La région prévoit ici de "compléter le tour de table". Le branchement du premier navire de la compagnie est programmé pour la fin 2020 et l'équipement des trois quais en 2023.
Pour le premier port de transit vers la Corse (1,5 million de passagers annuels), la connexion électrique n'est pertinente que pour les escales longues de 11 et 14 heures (45 % des 1.100 escales annuelles) et leur sera réservée. Si les rotations estivales de Corsica Ferries en sont exclues, le directeur des ports de la rade toulonnaise, Jérôme Giraud, assure que le dispositif permettra de supprimer 6.500 heures d'émissions par an sur 7.500, soit 85 % du temps de pollution. Les petits paquebots pourront bénéficier de ce dispositif.
Du fait de la courte durée de ses escales comparé à ses deux voisins, Nice ne sera pas équipé d'installations fixes mais de solutions mobiles. Un crédit de 6 millions d'euros, avec le recours au Feder, doit permettre d'équiper le port d'un groupe électrogène alimenté par une pile à combustible à hydrogène. Les 675.000 passagers de Corsica Ferries constituent 75 % de son trafic de voyageurs, la croisière apportant le reste.
S'il va à son terme, ce plan régional supprimera la quasi-totalité des émissions atmosphériques des navires passagers dans les trois ports. Et de l'autre côté de la Méditerranée ? Invité à s'exprimer lors de cette présentation, le chef de l'exécutif corse, Gilles Simeoni, ne pouvait pas "imaginer qu’un navire puisse être branché à Marseille et pas à Bastia".
En l'état actuel, le réseau électrique insulaire ne permet pas un branchement à quai des navires, qui serait de toute façon contre-productif étant donné que les centrales électriques corses fonctionnent au diesel. Ces dernières doivent cependant être converties pour recevoir du GNL dans trois ou quatre ans.
En outre, la présentation d'une solution intermédiaire par La Méridionale à Ajaccio en septembre 2018 n'a pas été suivie d'effet du côté des décideurs politiques, du moins pour le moment.

Franck André

Vendredi 6 Septembre 2019



Lu 827 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 17 Septembre 2019 - 14:31 Grimaldi prend livraison du "Grande Mirafiori"


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy