Strasbourg : le devenir du transit autoroutier inquiète les transporteurs


Le projet de transformation en boulevard urbain "vert" de l’A35 le long de Strasbourg va entraîner une interdiction du transit. Une application trop dogmatique serait un coup très dur pour le transport routier local, alertent les fédérations professionnelles.


La transformation de l’A35 s’accompagnera d’une redéfinition du schéma des transports pour les modes à l’échelle de l’agglomération strasbourgeoise © Agence TER
La transformation de l’A35 s’accompagnera d’une redéfinition du schéma des transports pour les modes à l’échelle de l’agglomération strasbourgeoise © Agence TER
L’Eurométropole de Strasbourg a dévoilé début juillet les contours de son projet majeur de "requalification" de l’A35, l’autoroute qui longe de très près l’agglomération. À partir de 2022, cette portion de près de 30 km deviendra un boulevard urbain à vitesse réduite (70 km/h devrait être la norme), partagé entre voitures, camions et bus, et entouré d’espaces verts et de quelques constructions. Sa mutation sera rendue possible par son déclassement que prononcera l’État. "Nous avons l’opportunité unique de créer un grand poumon vert d’agglomération", déclare Robert Herrmann, président de l’Eurométropole. Le projet repose sur le transfert du trafic de transit vers le contournement Ouest de Strasbourg (COS), l’autoroute payante qui entrera en service dans deux ans et demi.
Dans les réactions à ces confirmations plus précises d’une intention affichée de longue date, les professionnels du transport routier ont apporté leur voix sinon discordante, du moins remplie de bémols et d’avertissements. Regrettant des courriers à la collectivité restés sans réponse selon eux, ils s’interrogent prioritairement sur le degré d’interdiction du transit de marchandises, puisqu’il faudra bien continuer à livrer Strasbourg et les communes limitrophes. "Il est primordial de bien définir le terme de transit : celui-ci doit englober l’ensemble des trafics ayant une origine ou une destination dans l’ensemble du territoire de l’Eurométropole et tenir compte du siège social des entreprises", alertent la FNTR Alsace et TLF dans un texte commun.

"Il est primordial de bien définir le terme de transit"


L’autre souci majeur concerne l’accès à la zone du port par le Nord, qui implique d’emprunter l’avenue du Rhin, l’un des débouchés actuels de l’A35. "Interdire aux poids lourds la desserte et la circulation sur l’A35 et sur cette avenue fermerait l’accès Nord actuel et serait de ce fait inconcevable", poursuivent les organisations professionnelles.

Coût économique et écologique

Les détours auront un coût : 70 millions d’euros par an, ont-elles calculé. "Les conséquences peuvent être dramatiques pour les entreprises les plus fragiles, et c’est sans compter le coût écologique des kilomètres supplémentaires", ajoute Martine Bensa, déléguée régionale de la FNTR Alsace.
Par ailleurs, l’ampleur du report vers le COS dépendra du montant de son péage, un sujet qui est encore loin d’être réglé. La FNTR et TLF proposent le principe d’une modulation en fonction des heures très prévisibles d'engorgements de l’A35 et de se baser sur les tarifs de l’écotaxe de l’autoroute allemande voisine.

Mathieu Noyer

Mercredi 17 Juillet 2019



Lu 2337 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide























Petites annonces



Les partenaires de l'Antenne



 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy