2017, "une année de reprise ou une année atypique ?"


Après la déprime enregistrée en 2016 par les acteurs du transport maritime mondial, 2017 s'est achevée sur une reprise. "Une année de reprise ou une année atypique ?" Paul Tourret, le directeur de l'Isemar, se pose la question…


© CMA CGM Philip Plisson
© CMA CGM Philip Plisson
L'année 2016 avait été marquée par "une conjoncture de moins en moins morose en Europe, un ralentissement de la croissance en Chine, et de mauvaises tendances dans le secteur des matières premières", analyse Paul Tourret, le directeur de l'Isemar. En revanche, selon lui, les prévisions établies pour 2017 ont réservé de grandes surprises dans le secteur maritime. Car, à ses yeux, la reprise globale constatée pour l'année qui vient de s'achever est due à plusieurs facteurs. Selon lui, "l'euro s'est montré dynamique, la Chine a achevé l'année sur une croissance de 6,8 % et les États-Unis ont poursuivi leur bonhomme de chemin. Tout le monde a véritablement sorti la tête de l'eau". Et de lancer : "2017 constitue pour les acteurs du shipping une année exceptionnelle. Est-ce une année de reprise ou est-ce une année atypique ?" Là est la question.
Selon le directeur de l'Isemar, "les marchés maritimes se sont montrés globalement plutôt dynamiques en 2017". Dans le secteur du vrac sec, la croissance s'est élevée à 4,2 %, voire 4,7 %. Le marché du pétrole a enregistré une progression de 2,8 %. Quant au conteneur, selon les professionnels du shipping Clarksons, avec une croissance de 5,1 %, il se dit avoir été surpris par le secteur. Pour Paul Tourret, il a "sorti la tête de l'eau". Et de citer le cabinet de consultants parisien Alphaliner pour lequel la croissance s'est élevée l'an dernier à 5,4 % en Europe du Nord (contre 2,3 % en 2016) et 6,5 % en Méditerranée (contre 5,7 %).
Évoquant la conjoncture mondiale portuaire, il reprend les chiffres publiés par Container Trade Statistics (CTS), selon lesquels le marché Asie-Europe a progressé sur onze mois de 4,3 et de 5 % sur le trade Transpacifique.

Augmentation de la flotte globale : 3,3 %

L'expert rappelle que l'année 2016 s'est montrée exceptionnelle. Pourtant, selon lui, la "peak season" (la saison estivale) s'est montrée faible. D'après lui, "les taux de fret ne sont pas véritablement remontés". Il estime que la reprise apparaît comme "une divine surprise". À ses yeux, la croissance de la flotte globale s'est élevée l'an dernier à 3,3 %. Dans le secteur des vracs, la flotte mondiale a progressé de 2,9 %. Dans le pétrole, elle a enregistré une hausse de 4,8 %. Dans le conteneur, elle a enregistré une progression de 3,7 % contre 1,8 % en 2016.
Dans ce secteur, les commandes ont été chiffrées à 6 milliards de dollars contre 3,2 M USD un an auparavant. Les démolitions ont représenté une capacité de 427.000 EVP en 2017 alors qu'elles s'étaient élevées à 665.000 EVP l'année précédente.

"Alphaliner table pour 2018 sur une croissance de 5 %"


Pour Paul Tourret, qui reprend les chiffres d'Alphaliner, la flotte devrait parvenir dès la mi-mai à 22 millions d'EVP puis se stabiliser. Selon lui, l'essentiel provient des unités de 18.000 EVP, dont le nombre s'est élevé à 60 en deux ans.
En matière de commandes, le volume des porte-conteneurs devrait rester identique en 2018 avec la livraison de mégacarriers pour les trois leaders mondiaux de la ligne régulière (Maersk, MSC et CMA CGM). Selon le directeur de l'Isemar, sur un total de 168 navires, 120 vont équiper une vingtaine de services. Il estime qu'aujourd'hui, sur les 312 unités déployées sur le trade Extrême-Orient-Europe, 240 d'entre elles vont de 8.000 à 18.000 EVP, ajoutant qu'elles vont disparaître au profit des plus grosses.
Il indique que MSC et CMA CGM prévoient de jumboïser les navires de 13.000 à 14.000 EVP pour les transformer en unités d'une capacité de 17.000 EVP.
Paul Tourret juge globalement que 2017 a marqué une consolidation du trafic. Pour 2018, il attend le phénomène de la "globalisation 2.0", "une mise en place des équilibres". Et de s'interroger : "Est-on dans un apaisement du commerce mondial ?" Il croit plutôt au phénomène de l'économie erratique que dans le cyclique. Et de rappeler qu'Alphaliner table pour 2018 sur 5 % de croissance. Et de citer le cabinet de consultants selon lequel la tendance est meilleure en Europe du Nord et qui indique que la Méditerranée revient de loin. Quant aux ports français, il indique que "Le Havre progresse et que Marseille-Fos avance bien".

Vincent Calabrèse

Vendredi 12 Janvier 2018



Lu 730 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse