Drom-Com : une forme de continuité territoriale renforcée par la crise sanitaire


Pour Paul Tourret, le directeur de l'Isemar, la desserte des Départements ou régions français d'Outre-mer (Drom) et les Collectivités d'Outre-mer continue de focaliser l'intérêt des armateurs nationaux. Selon lui, la pandémie a conforté leur mission d'assurer une forme de continuité territoriale.


© GPMG
© GPMG
La desserte des Drom-Com constitue-t-elle toujours un véritable pré carré pour les armateurs français ? Au plan géographique, quels sont les territoires ou départements ultramarins où la présence d’un armateur est essentielle en matière de stratégie ?
L’Outre-mer est une spécificité d’une demi-douzaine d’États européens, des États-Unis et, à une petite échelle, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande. Les liens maritimes avec les métropoles sont anciens mais la France possède la particularité d’une très forte intégration de ses Outre-mer pourtant positionnés partout dans le monde. Le niveau de vie des territoires est relativement élevé et la grande distribution y vend les mêmes marchandises. En outre, dans le cas des Antilles, la banane constitue un fret de retour.

Les armateurs français ont toujours vécu des positions ultramarines. CMA CGM est l’héritière de la Transat et des Messageries Maritimes. Marfret a su prendre sa place avec dynamisme. Le pré carré est véritable car ils assurent une forme de continuité territoriale que l’on a vue essentielle avec la Covid-19 ou les ouragans. La concurrence est forcément limitée. MSC, absent des Antilles, est présent à La Réunion et un peu dans le Pacifique. La position de Maersk depuis deux décennies repose sur des slots sur des navires des deux compagnies marseillaises.

En matière de conteneurs, la croissance du trafic de transbordement et l’émergence des hubs a-t-elle engendré une réorganisation de la manutention ces dernières années aux Antilles (Guadeloupe et Martinique), à La Réunion, voire à Mayotte ?
Il n’était pas évident de faire de certains ports ultramarins des lieux de transbordement. Le nouveau format du canal de Panama a un peu fait naître un fantasme aux Antilles. La Martinique et la Guadeloupe se partagent des fonctions de hubs régionaux. CMA CGM, qui domine quasiment la conteneurisation dans l'arc antillais et qui s’appuie sur les trafics conséquents pour les deux îles, réalise des transbordements pour l’Ouest caribéen et pour les Guyanes. Les travaux dans les deux ports accompagnent légitimement une position favorable même si la concurrence n’est pas loin (Barbade, Trinité-et-Tobago).

Fontenoy de la mer : les propositions de Wallis-et-Futuna sur la table

Paul Tourret © Vincent Calabrèse
Paul Tourret © Vincent Calabrèse

Dans l'océan Indien, à La Réunion, il y a toujours eu une petite rivalité avec Port-Louis à Maurice. La ligne Nemo commune de CMA CGM et MSC Europe-Australie et deux services transocéaniques de CMA CGM ainsi que Maersk dans l'océan Indien renforcent sa position de hub régional des Mascareignes. Logiquement, le GPM cherche à disposer de plus de place pour les boîtes à Pointe-des-Galets. Enfin, Longoni joue également un rôle de hub avec ses quelques volumes de transbordement vers les Comores.

"Pacifique : les trois Com ont leur propre registre"

Parmi les divers registres français, quel intérêt présente le pavillon ultramarin Wallis et Futuna pour les armateurs nationaux ?
La France dispose de plusieurs registres permettant une variante de situation économique et sociale pour les armateurs français. Le registre international français (RIF) quant à lui, n’a plus de fiction d’un rattachement territorial Outre-mer. Les trois Com du Pacifique ont leur propre registre dans le cadre de leur activité maritime locale. Celui de Wallis-et-Futuna a été adapté aux compagnies de croisière (Ponant, Club Med). Son utilisation pour le commerce et l’offshore dans un cadre réglementé (trafics tiers, aucun marin communautaire) mérite d’être étudiée.

L’idée d’un registre libre d’un territoire français comme il en existe pour la Grande-Bretagne (Man) et pour le Danemark (Féroé) est certainement détonante et critiquable. Pour l’instant, le vide profite au Luxembourg. De la même manière, Madère accueille des navires allemands. En tout cas, Wallis-et-Futuna a déjà fait des propositions dans ce sens. À l’heure du Fontenoy du maritime, le moment d'en parler est venu.

Vincent Calabrèse

Jeudi 27 Mai 2021



Lu 991 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal