Erdogan et le maire d'Istanbul s'affrontent sur un "projet fou" de canal


Le rêve du président Recep Tayyip Erdogan, creuser un canal à Istanbul concurrençant ceux de Suez et du Panama, se heurte à l'opposition du nouveau maire de la mégalopole turque, qui s'affirme de plus en plus comme son principal rival.


Plus de 41.000 navires ont emprunté le détroit du Bosphore en 2018 © Kanal Istanbul
Plus de 41.000 navires ont emprunté le détroit du Bosphore en 2018 © Kanal Istanbul
Ekrem Imamoglu, membre du principal parti d'opposition et élu maire d'Istanbul en 2019, soutient que le projet chiffré à quelque 11 milliards d'euros serait un gaspillage, une catastrophe pour l'environnement et renforcerait le risque sismique.
"Le 'canal Istanbul' est un projet criminel", a-t-il dénoncé en décembre en lançant une campagne intitulée "Soit le canal, soit Istanbul" et en annonçant le retrait de la mairie du protocole de construction signé par son prédécesseur. "Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour empêcher la réalisation de ce projet", a-t-il ajouté. Mardi 31 décembre, il s'est rendu au gouvernorat d'Istanbul pour remettre une lettre demandant son annulation.
Annoncé en 2011 alors qu'il était Premier ministre, le "canal Istanbul", qui relierait la mer Noire à la mer Méditerranée, fait partie de ces "projets fous" que le président entend mettre en œuvre. Recep Tayyip Erdogan a déjà supervisé la construction à Istanbul d'un tunnel sous le Bosphore, d'un troisième pont l'enjambant et d'un nouvel aéroport colossal. Mais le projet de canal, qui serait long de 45 km, est autrement plus complexe. Ses détracteurs fustigent une "lubie" qui endetterait davantage la Turquie et profiterait d'abord à des hommes d'affaires proches du président. Face aux critiques du maire d'Istanbul, Recep Tayyip Erdogan reste ferme : "Nous construirons ce canal, qu'ils le veuillent ou non", a-t-il martelé lundi.
Le projet de canal avait été mis de côté à partir de 2018, année marquée par des difficultés économiques. Mais des experts estiment que les raisons ayant poussé Erdogan à remettre ce projet à l'agenda sont d'abord politiques. "Il essaie de garder la main sur les sujets débattus en Turquie" et de "défier Ekrem Imamoglu, qui a grandement gagné en popularité depuis sa victoire fracassante aux dernières élections", analyse Berk Esen, de l'université Bilkent d'Ankara.
Mais l'universitaire estime qu'il pourrait s'agir d'une "énorme erreur stratégique". "Je crois qu'il sera difficile pour le président turc de vendre ce projet, vu le contexte économique en Turquie", pronostique-t-il. Selon lui, Imamoglu, souvent décrit par les observateurs comme un potentiel rival de Recep Tayyip Erdogan à la présidentielle de 2023, a "très intelligemment" accepté le défi et s'efforce de "politiser ce sujet pour rassembler des soutiens, à Istanbul et dans le reste du pays".

"Le Bosphore, l'un des détroits les plus congestionnés du monde"

Le gouvernement argue que le canal permettrait de doter Istanbul d'un nouveau pôle d'attractivité en plus de soulager le Bosphore, l'un des détroits les plus congestionnés du monde. Plus de 41.000 navires l'ont emprunté en 2018, selon les autorités turques, soit plus d'une centaine par jour. "Il suffit d'observer le Bosphore à n'importe quelle heure de la journée pour se rendre compte qu'il ne peut pas supporter une telle circulation", a lancé le président turc la semaine dernière. Celui-ci pointe également du doigt les 41 accidents survenus sur le détroit ces deux dernières années.
Le gouvernement récuse les craintes concernant les possibles dégâts environnementaux et l'accroissement du risque de séisme en brandissant les conclusions de rapports sur le sujet, mais une partie de l'opinion publique continue de douter. Après la publication des conclusions de l'étude d'impact environnemental, favorables au canal, le Parti républicain du peuple (CHP), principale formation d'opposition à laquelle appartient Imamoglu, a invité les Stambouliotes à se rendre dans les mairies de district pour y déposer un formulaire d'opposition au projet. "On n'a pas besoin du canal Istanbul", estime Gülseren Hayirligolu, venue déposer le formulaire. "Ce serait un massacre environnemental". D'autres appellent à l'organisation d'un référendum.

Fulya Ozerkan

Vendredi 3 Janvier 2020



Lu 877 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide



























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy