François Hollande : "L'économie bleue n'est pas un slogan mais une ambition"


Après la visite du Premier ministre Manuel Valls à Marseille quatre jours plus tôt pour animer le Comité interministériel de la mer, François Hollande était le 8 novembre à La Rochelle à l'occasion des Assises de l’économie de la mer. Le président de la République a jugé que "l'économie bleue n'est pas un slogan mais une ambition maritime".


François Hollande en ouverture des Assises de l'économie de la mer 2016 © Présidence de la République
François Hollande en ouverture des Assises de l'économie de la mer 2016 © Présidence de la République
En réponse aux demandes du président du Cluster maritime français (CMF), Frédéric Moncany de Saint-Aignan, le président de la République, a annoncé mardi 8 novembre, lors des dernières Assises de l'économie de la mer à La Rochelle, l'organisation d'"un conseil national de l'attractivité portuaire". L'objectif est, selon lui, de "mettre le transport maritime français au cœur de l'intermodalité" et de "placer les ports (nationaux) à armes égales avec leurs concurrents européens".

"Devenir le premier ports d'Europe à l'horizon 2030"

Reprenant le constat de Manuel Valls lors du dernier Cimer qu'"un conteneur sur deux passe encore par un port étranger" ("L'Antenne" du 7 novembre), le chef de l'État, a fixé un objectif : "La France doit devenir le premiers port d'Europe à l'horizon 2030".
Du côté de la flotte de commerce, il confirmé que l'appel à projets pour le navire du futur serait renouvelé en 2017. Il a souligné également la compétitivité des armateurs français. Citant les noms de CMA CGM et Louis Dreyfus Armateurs, il estime qu'ils restent confrontés à la concurrence internationale.
Quant au secteur de la construction navale, soulignant que la période de crise est passée et que la carnet de commandes de STX est rempli jusqu'en 2025, il a réaffirmé "la volonté de l’État de l'accompagner dans son (futur) actionnariat".
Se félicitant, comme l'avait fait son Premier ministre quelques jours avant, de l'adoption de la loi Arnaud Leroy, sur l'économie bleue il a indiqué : "Elle est le fruit d'une concertation. Les décrets vont paraître d'ici la fin de l'année". Et d'ajouter : "L'économie bleue n'est pas un slogan, c'est une ambition qu'il faut proclamer". Il a insisté sur la nécessité de protéger le pavillon français et de mettre les marins à l'abri du "dumping social".

Le sauvetage en mer "cause nationale" en 2017

Ne perdant pas de vue la tenue de la Cop 22 à Marrakech, François Hollande a d'autre part évoqué le dossier du "verdissement des navires" financé par la BEI dans le cadre du plan Juncker. Quant aux énergies marines renouvelables, il a lancé : "Sommes-nous capables de réaliser ces innovations ou les laisserons-nous à d'autres ?". Il a indiqué que des appels d'offre commerciaux seraient lancés dans les prochaines semaines. Concernant le sauvetage en mer, il a enfin confirmé qu'il serait déclaré "cause nationale" l'an prochain. Il a enfin souligné la nécessité pour le secrétariat général de la mer (SG Mer) de "réunir tous les mois tous les acteurs du maritime".
 

"Le CMF veut créer une équipe de France pour le maritime"


Rarement le monde maritimo-portuaire français n'avait entendu en quelques jours autant de promesses ou d'engagements provenant des plus hauts sommets de l'État. Le président du Cluster maritime français (co-organisateur des Assises de l'économie de la mer avec le journal "Le Marin", qui fête ses soixante dix-ans et l'Institut français de la mer) s'est dit satisfait de l'adoption de la loi sur l'économie bleue et du fait que "les politiques français prennent conscience de l'importance de l'économie maritime". Il s'est dit toutefois "inquiet". Car, selon lui, "nous serons en retard au rendez-vous de la croissance bleue", ajoutant qu'il va "falloir faire mieux, avec moins de ressources".
Au lendemain du Cimer 2016, il s'est toutefois félicité que les 40 mesures aient été adoptées. Il prône la "simplification des procédures". Le président du CMF indique que "l'innovation française est reconnue". Selon lui, "il est encore temps. Il nous faut pivoter en s'appuyant sur des pépites émergentes". Il se dit convaincu qu'"il faut améliorer la méthode". Utilisant le registre sportif, il propose de créer "une équipe de France pour le maritime".

Vincent Calabrèse

Mercredi 9 Novembre 2016



Lu 2942 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse