L'Algérie veut modifier l'accord de libre-échange avec l'UE


L'Algérie juge son accord d'association avec l'Union européenne déséquilibré en sa défaveur. Elle souhaite "réévaluer" ce pacte qui prévoit l'entrée en vigueur d'une zone de libre-échange le 1er septembre.


Le port de Béjaïa, en Algérie © Serport
Le port de Béjaïa, en Algérie © Serport
Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a demandé au ministre du Commerce Kamel Rezig de "procéder à une évaluation (...) du dossier sur l'accord d'association avec l'Union européenne (UE) qui doit faire l'objet d'une attention particulière, faisant valoir nos intérêts pour des relations équilibrées", selon un communiqué publié dimanche soir à l'issue d'un Conseil des ministres. La mise en place de la ZLE est la cible de critiques de dirigeants politiques, d'économistes et de patrons algériens, qui dénoncent une balance commerciale Algérie-UE largement en défaveur de l'Algérie.
Dans un récent article, le quotidien francophone algérien Liberté a jugé que "l'Algérie est loin d'être au rendez-vous" pour le 1er septembre. Il y a quelques mois, le ministre algérien du Commerce avait déclaré qu'il revenait "au gouvernement de trancher si nous devons procéder, en septembre prochain, au démantèlement tarifaire restant, ou pas". Les accords commerciaux signés par l'Algérie "ont maintenu, durant des années, l'économie nationale dans un état de dépendance et de consommation continue de tout ce qui est importé", déplorait alors Kamel Rezig, cité par la presse locale, lors d'un colloque en février dernier.

Deux reports depuis 2012

L'UE et l'Algérie préparent la création d'une ZLE depuis le 1er septembre 2005. Dans leur accord d'association, ils avaient prévu d'ouvrir leurs marchés de manière réciproque. L'accord prévoyait une période de transition de douze ans accordée à l'Algérie pour éliminer progressivement ses droits de douane sur des produits industriels et une possibilité d’appliquer une libéralisation sélective concernant les produits agricoles.
En 2012, cette période de transition a été allongée et portée à quinze ans, jusqu'au 1er septembre 2020, pour certains produits comme l'acier, les textiles, les produits électroniques et l'automobile. Mais l'Algérie a demandé à de nombreuses reprises de renégocier le texte, estimant que l'accord lui est largement défavorable. L'économie algérienne est peu compétitive et n'est pas parvenue à exporter ses produits hors hydrocarbures, perdant de ce fait d'importantes recettes.

Pas assez d’investissement de l’UE

L'UE est le principal partenaire commercial de l'Algérie. Ses exportations vers le pays maghrébin sont composées essentiellement d'équipements industriels et de transport, ainsi que de produits agricoles. De son côté, l'Algérie est le troisième exportateur de gaz vers l'UE, après la Russie et la Norvège.
Selon le président de l'Association nationale des exportateurs algériens, Ali Bey Nasri, l'Algérie a importé pour 283 milliards de dollars (240 milliards d'euros) de biens depuis l'UE entre 2005 et 2017. Le montant de ses exportations n'a atteint que 12 milliards de dollars, essentiellement des dérivés du pétrole, pour la même période. Ali Bey Nasri a estimé que la ZLE sera "un désastre pour l'économie nationale".
Outre ce déséquilibre commercial, l'Algérie regrette que l'UE ait négligé, selon elle, de respecter la partie de l'accord relative aux transferts de technologies et à la circulation des personnes. Elle demande également à l'Union européenne d'inciter les entreprises européennes à investir en Algérie.

AFP

Mardi 11 Août 2020


Lu 970 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Septembre 2020 - 17:19 UE-Mercosur : un rapport incendiaire remis à Castex


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide



























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal