La piraterie à un niveau historiquement bas


Les attaques de pirates maritimes sont à leur plus bas depuis le début du siècle. Pour autant, le dernier rapport de la Chambre de commerce internationale démontre un durcissement des méthodes et toujours une concentration du phénomène sur l'Afrique occidentale et l'Asie du Sud-Est.


Le rapport "Oceans Beyond Piracy" estime que la piraterie pour l'Afrique de l'Ouest a coûté 818 millions de dollars en 2017 © Eunavfor
Le rapport "Oceans Beyond Piracy" estime que la piraterie pour l'Afrique de l'Ouest a coûté 818 millions de dollars en 2017 © Eunavfor
La piraterie maritime mondiale a reculé significativement l'an dernier. En 2019, le nombre d'attaques répertoriées a été le plus faible du XXIe siècle, soit 162 actes de piraterie et vols à main armée. Ce chiffre est 24 % moindre que celui de 2018. Il est pratiquement trois fois inférieur aux deux records de 2003 et 2010 (445 incidents).
Dans le détail, ces actes se sont répartis en 11 tirs en direction de navires, 17 tentatives d'attaques infructueuses, 130 abordages et 4 détournements de navires, selon le rapport annuel du Bureau maritime international (BMI).

Bond des enlèvements de marins

S'il se réjouit de cette tendance générale à la baisse, l'organe spécialisé de la Chambre de commerce internationale (ICC) relève une inquiétante montée des kidnappings – passés de 83 en 2018 à 134 en 2019 (+ 61 %) – et des actes les plus violents.
Plus que jamais, l'Afrique de l'Ouest est la zone où se concentre le phénomène de la piraterie maritime. Plus de 90 % des enlèvements ont eu lieu dans le golfe de Guinée (121 kidnappings, + 55 %). Le BMI précise que 64 membres d'équipage ont été kidnappés à l'occasion de six incidents distincts au cours du seul dernier trimestre de 2019.
La région a concentré l'an dernier 39,5 % des actes de piraterie mondiale, soit 64 incidents, dont 35 dans les eaux du Nigeria. Si le nombre d'attaques est en baisse de 22 % (82 en 2018), le golfe de Guinée est la zone où les actes de piraterie sont les plus dangereux pour les personnes.

"90 % des kidnappings ont eu lieu dans le golfe de Guinée"


Il a été le théâtre des quatre détournements de navires survenus dans le monde en 2019 (deux au Nigeria, un au Togo et un en Guinée équatoriale), ainsi que de dix des onze incidents lors desquels un navire a essuyé des tirs d'armes à feu. Un a eu lieu dans les eaux de Sao Tomé-et-Principe et neuf dans celles du Nigeria, le pays qui fait toujours l'objet des plus grandes préoccupations.
Michael Howlett, directeur du Bureau maritime international, se dit inquiet d'avoir vu dans cette région "une hausse sans précédent des enlèvements de marins". Celui-ci insiste une fois de plus sur l'importance de l'échange d'informations entre les navires et les agences chargées des rapports et de la lutte contre la piraterie dans le golfe de Guinée.

L'Asie et l'Amérique latine autres points chauds

Dans sa globalité, l'Afrique a connu 71 attaques, dont deux au Maroc et une en Algérie. L'Est du continent a été plutôt épargné, avec seulement une attaque au Kenya et trois au Mozambique. Comme en 2015, aucun incident n'a été rapporté en mer Rouge et dans le golfe d'Aden.
L'Asie du Sud-Est n'a pas été en reste l'an dernier. La région a globalement assisté à une diminution du nombre d'incidents (53 actes, - 12 %) mais les préoccupations se sont accentuées sur le détroit de Singapour. Cette zone a connu 12 attaques en 2019 contre trois seulement l'année précédente. Onze de ces assauts se sont produits dans les trois derniers mois. Autour de cette aire, les incidents sont passés de 36 à 25 en Indonésie, ont diminué de moitié aux Philippines (de 10 à 5) et ont été stables en Malaisie (11). Pour la quatrième année consécutive, aucun acte n'a été rapporté dans le détroit de Malacca.
Dans le reste du monde, le continent américain est en troisième position des régions les plus dangereuses fin 2019, avec 29 incidents. Toutes les attaques se sont concentrées entre le Nord de l'Amérique du Sud et le Mexique. Dix se sont produites au Pérou, six au Venezuela, trois en Colombie, deux au Brésil et en Haïti. L'Extrême-Orient en a connu cinq (trois en Chine et deux au Vietnam) et l'Inde quatre.
Les types de bateaux les plus touchés en 2019 ont encore été les navires citernes au sens large – transporteurs de brut, produits pétroliers, produits chimiques, GPL et GNL – (72 attaques), devant les vraquiers (46), les porte-conteneurs (14), les conventionnels (7) et les remorqueurs (7).

Franck André

Lundi 20 Janvier 2020



Lu 788 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy