Le ministère de la Mer lance le "Fontenoy du maritime"


Initié par la ministre de la Mer, le "Fontenoy du maritime" vise à dynamiser le pavillon français dans une vision post-Covid et post-Brexit. Cette démarche fondée sur la concertation entre les acteurs de la filière doit aboutir à un accord de compétitivité au printemps 2021.


© Corsica Linea
© Corsica Linea
Sur le modèle du plan de relance mis en place dans le ferroviaire, la filière de la Marine marchande a engagé une réflexion sur les pistes de redynamisation et d’amélioration de la compétitivité du pavillon français. Lancée par Armateurs de France, le processus a été abordé le 1er décembre lors du webinaire dédié à l’évolution du secteur maritime face aux crises organisé par le Cluster maritime français (CMF), nos confrères du "Marin" et le groupe Ouest-France. Cette réflexion a permis d’élaborer un projet de "Plan stratégique" porté, aujourd’hui par Annick Girardin, la ministre de la Mer, dans le cadre d’une démarche appelée "Fontenoy du maritime". Portant le nom de la place parisienne où était situé le siège de la Marine marchande il y a quelques années, cette opération se déroulera en deux phases.

Accord de compétitivité 

Jusqu’à fin décembre, la première phase est consacrée à une large concertation dans le but d’identifier les sujets et attentes de la filière sur quatre thèmes présentés par Jean-Emmanuel Sauvée, président d’Armateurs de France : "La feuille de route sociale du marin et du pavillon, le développement économique et la compétitivité de la flotte nationale, la transition énergétique des navires et son lien à l’écosystème industriel, le rayonnement du pavillon français et sa souveraineté". Une seconde phase, prévue jusqu’en juin, synthétisera les enjeux résultant de cette première concertation et proposera des solutions pour lever les blocages identifiés.

Pour la ministre de la Mer comme pour Armateurs de France, le "Fontenoy du maritime" est ouvert à toutes les parties prenantes du secteur : "Les parlementaires et élus des collectivités territoriales, le CMF, les marins et toutes ses organisations professionnelles, syndicales des navigants et des sédentaires comprises". Les quatre thèmes de la concertation devraient couvrir un grand nombre de sujets englobant la réglementation, les accords de branche, la fiscalité, la formation, etc.

L'exemple du transmanche

Lors du webinaire sur l’évolution du secteur maritime face aux crises, Jean-Marc Roué, le président du conseil de surveillance de Brittany Ferries a évoqué la situation et les conditions d’une relance du pavillon français sur le transmanche. La compagnie y est confrontée à un double défi : la crise sanitaire qui lamine son activité passagers, à l’origine de 85 % de son chiffre d’affaires, et le Brexit, insuffisamment préparé selon son président. Pour lui, le plan de relance engagé dans le fret ferroviaire ("L’Antenne" du 24/11) est un exemple à suivre.

Appliqué au maritime, il viserait "à baisser le coût d’exploitation de la flotte française et à faire la promotion de son offre", soit dans le cas de la BAI, "des traversées transmanches auprès de la clientèle britannique". Dans l'objectif de diminuer le coût du pavillon national, il demande la mise en place d’un régime "net wage durable". Cette mesure simple à mettre en œuvre assure-t-il, profiterait à tous les armements français et leur redonnerait de la compétitivité face aux pavillons étrangers concurrents. Dans l’attente des décisions publiques prises à l’issue du "Fontenoy du maritime" et de l’accord de compétitivité annoncé pour le printemps 2021, Annick Girardin confirme que la stratégie nationale portuaire sera présentée avant la fin de l’année ("L’Antenne" du 18/11), et que le prochain Comité interministériel de la mer (Cimer) est reporté début 2021.

Érick Demangeon

Jeudi 3 Décembre 2020



Lu 1725 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide

























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal