Les États-Unis menacés par une grève des opérateurs de fret de la voie ferrée


En jeu, l'approvisionnement en maïs, en carburants, et même l'eau potable... À la Maison blanche, le président Joe Biden tente d'éviter une grève du fret ferroviaire qui aurait de lourdes répercussions sur l'économie américaine en plus d'être un échec politique personnel.


© Trainweb
© Trainweb
"Le président est directement impliqué" dans ce dossier, a affirmé sa porte-parole Karine Jean-Pierre mardi 21 novembre, au sujet du rôle de Joe Biden dans la recherche d’un accord entre les entreprises américaines de transport de fret ferroviaire et les syndicats du secteur.
Dans un pays où environ 28 % des marchandises sont transportées par rail, selon une statistique officielle datant de 2019, une paralysie serait "inacceptable à cause de l'impact que cela aurait sur l'emploi, les ménages, les exploitations agricoles, les entreprises et les communautés de ce pays", a-t-elle souligné, en appelant les partenaires sociaux à négocier "de bonne foi".
Faute d'accord d'ici le 9 décembre, voire le 5 décembre selon les calendriers des diverses parties prenantes, la première économie mondiale pourrait connaître une grève susceptible de mettre à l'arrêt près de 7.000 trains de fret, et de lui coûter plus de 2 milliards de dollars par jour, selon l'Association américaine des chemins de fer.
Un mouvement social d'ampleur affecterait une multitude de secteurs, et jusqu'à l'approvisionnement en eau potable, puisque les produits chimiques utilisés pour le traitement des eaux usées, entre autres, sont majoritairement acheminés par train.
Une grève du fret aurait aussi des répercussions sur le transport de passagers, parce que certains trains de passagers empruntent des voies appartenant aux compagnies de fret.
Cette menace de grève trouve son origine dans un processus de négociations complexe, impliquant douze syndicats et leurs employeurs, et dans lequel Joe Biden a mis tout son poids politique.
Le risque d'un conflit social d'ampleur existe en réalité depuis des mois et la Maison Blanche avait déjà évité, de justesse, une grève en septembre.

Situation délicate

Le président américain avait même accueilli des partenaires sociaux dans son célèbre Bureau ovale le 15 septembre pour se féliciter de la conclusion d'un accord de principe, après des heures de discussions acharnées ayant buté en particulier sur la question des arrêts maladie.
Il avait même parlé d'une "victoire pour l'Amérique" lors d'un discours aux accents triomphants dans la roseraie de la Maison Blanche.
Joe Biden s'est-il réjoui trop vite ? Cet accord de principe, dont il s'est attribué en partie le mérite, devait encore être ratifié par les membres des syndicats en question. Or, sur les douze organisations concernées, quatre n'en veulent pas jusqu'ici.
Il reste encore deux semaines pour trouver malgré tout un accord avec les employeurs.
Si ce n'était pas le cas, et même si un seul syndicat se mettait en grève, les autres suivraient le mouvement.

Des risques de problèmes d'approvisionnement

La situation est fort délicate pour Joe Biden. Le président américain – grand partisan du transport ferroviaire, lui qui voyageait en train entre Washington et sa famille restée dans le Delaware (nord-est) quand il était sénateur – ne perd jamais une occasion d'affirmer, en général, son soutien aux syndicats.
Mais il ne peut pas se permettre, à un moment où l'inflation flambe déjà aux États-Unis, et avant les fêtes de fin d'année, des problèmes majeurs d'approvisionnement.
Alors que le démocrate de 79 ans réfléchit à une candidature à la présidentielle de 2024, une grève du rail pourrait compromettre l'élan politique qu'il a retrouvé depuis les élections législatives du 8 novembre dernier, qui n'ont pas tourné au triomphe espéré pour l'opposition républicaine.
Une autre possibilité – dont la Maison Blanche ne veut toutefois pas entendre parler pour l'instant – serait une intervention du Congrès, auquel une loi de 1926 donne des prérogatives pour empêcher une grève ferroviaire.

AFP

Mercredi 23 Novembre 2022



Lu 877 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal