Les ports départementaux transférés dès 2017


Les 8e Rencontres nationales activités portuaires de Nice ont fait un point d’étape sur le projet de loi bientôt en seconde lecture au Sénat.


Les 8e Rencontres nationales activités portuaires et développement durable se sont déroulées les 25 et 26 mars à Nice © Direction des ports de Nice-Côte d'Azur
Les 8e Rencontres nationales activités portuaires et développement durable se sont déroulées les 25 et 26 mars à Nice © Direction des ports de Nice-Côte d'Azur
Le 10 mars dernier les députés ont approuvé la loi de la Nouvelle Organisation territoriale de la République (Notre) qui sera discutée fin avril en seconde lecture au Sénat.  «Elle envisage le transfert des ports départementaux (commerce, plaisance, pêche) aux collectivités qui en feront la demande (communes et intercommunalités) ou à la région en cas de carence», a souligné la juriste Geneviève Rebufat-Frilet lors des 8e Rencontres nationales activités portuaires et développement durable de Nice, les 25 et 26 mars. Ce transfert doit s’effectuer au 1er janvier 2017 et la convention entre le département et la collectivité doit être conclue au plus tard en novembre 2016 après un état des lieux et les travaux à effectuer.

"La loi «Notre» intervient au plus mauvais moment"


Mais il reste beaucoup d’interrogation sur le périmètre de ce transfert. La loi «Notre» renforce celle sur la modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles du 27 janvier 2014, attribuant la compétence portuaire aux métropoles. La métropole Nice-Côte d’Azur pourrait dans la logique récupérer la propriété du port de commerce et d’intérêt national de Nice (commerce et plaisance) géré par convention jusqu’en 2028 par la CCI de Nice, transféré par l’État au département en 2008.
Didier Wisselmann, directeur général de l’Économie de la métropole Nice-Côte d’Azur, souligne que la métropole est déjà responsable de sept ports de plaisance (3.000 places) et projette la création d’un futur port métropolitain au débouché de l’OIN Écovallée. Pour Marc Chevalier, président du port de Sète, la loi régissant le transfert n’est pas encore claire. «Notre port comme celui de Nice  dispose d’un statut d’intérêt national, mais nous sommes défavorisés par rapport aux Grands Ports maritimes comme Marseille. Ce changement de propriétaire est vécu comme une grande incertitude sur l’autorité susceptible de financer les investissements».
Actuellement, le port (commerce, pêche et plaisance) est géré par un Epic ou régie directe par la région. «Nous avons un objectif d’autonomie financière. Rôle que nous assumons puisque depuis la création de l’Epic nous avons investi 200 millions d'euros pour refaire la totalité des installations et adapter l’infrastructure à ses nouvelles activités».
Quoi qu’il en soit, les élus et professionnels considèrent que la loi «Notre» intervient au plus mauvais moment. Les nouvelles régions se mettent en place, les départements s’interrogent sur leur devenir et les collectivités doivent faire des économies. Voilà qui laisse planer beaucoup d’incertitudes sur le transfert et le choix des autorités compétentes qui hériteront de la police ou de la sécurité. Nul ne doute que ce changement de propriétaire ne sera pas aussi simple que cela.

Michel BOVAS

Jeudi 2 Avril 2015



Lu 1500 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Mai 2018 - 14:52 Sosersid mène sa barque dans le colis lourd


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy