Ports du futur au singulier


Les 8e assises des Ports du futur, qui se sont déroulées ces 25 et 26 septembre à la Maison des transports publics à Paris, ont dressé un panorama des ports français à la fois pluriel et singulier.


© Cerema
© Cerema
Fidèle à sa raison d’être – s’offrir un temps d’arrêt deux jours par an pour réfléchir à l’avenir des ports français et promouvoir l’innovation portuaire – cette édition 2018 n’a pas abusé le visiteur. Celui-ci aura été abreuvé sur à peu près tous les enjeux sur lesquels les ports sont bien contraints d’avancer à la hussarde, compte tenu "d’une conjoncture économique complètement erratique", dira Paul Tourret, directeur de l’Isemar, dans son introduction en forme de bréviaire et version décapante.

Au sud, la coopération large

L’événement a fait la part belle aux solutions qui doivent rendre les ports plus "efficients", non seulement plus frugales et moins énergivores (Dunkerque avec le branchement à quai et le soutage au GNL), mais plus encore actives parties prenantes à l’indépendance énergétique de leur territoire en apportant de nouvelles sources énergies (EMR à Brest), vertueux dès la conception des ouvrages marins (durabilité, réduction des nuisances…) et inventifs dans la valorisation des sédiments.
Il fut aussi question de coopération interportuaire (association d’une vingtaine de ports méditerranéens, à l’initiative de Marseille avec le soutien de Toulon) pour rendre plus visible la Méditerranée sur les tracés entre l’Europe et la Chine, ou d’expérience intégrée pour offrir aux investisseurs un point d’entrée unique (création d’une société portuaire autour de Brest et Roscoff en 2019, avec pour actionnaires, la CCI, le Conseil régional de Bretagne et la métropole brestoise). Il s’est aussi agi des dynamiques entreprises ici et là pour construire son hinterland, qu’il soit subi, transfrontalier ou à partager.

La gouvernance revient sur le tapis

Tout "hub d’innovation" qu’il soit, le rendez-vous annuel n’a pas occulté les grands mouvements structurants qui traversent l’économie portuaire et les angles morts du système. La désindustrialisation portuaire, la fin annoncée du "shoot" aux hydrocarbures – en somme, tout ce qui fonde les ressources portuaires – rend le modèle économique plus qu’incertain. D’autant que l’instabilité fiscale et budgétaire rend difficile le financement des investissements, dont le rythme devrait pourtant être soutenu. "Urgente est en tout cas la transformation du modèle dont on sent qu’à terme qu’il peut être menacé", ne cachera pas Nicolas Trift, de la Direction générale des infrastructures, des transports et de la mer (DGITM).

"Il n’y a pas de déterminisme organique sur la question de la gouvernance portuaire"


Inévitablement, quand on parle de vision prospective et d’ambition portuaire, les questions de gouvernance ne sont jamais très loin, d’autant que le Premier ministre, Édouard Philippe, les a embarquées depuis son célébrissime discours de novembre 2017 lors des Assises de l'économie de la mer, au cours duquel il a profilé sa stratégie pour relancer la compétitivité des ports français notamment via une stratégie d’axes et de façades maritimes.
"Il n’y a pas de déterminisme organique sur la question de la gouvernance", détaillera Paul Tourret, incomparable dans un exercice de "y’a qu’à, faut qu’on", et qui a décliné une version du schéma portuaire idéal : "un deal entre l’État et les collectivités laissant à l’une cohérence nationale et aux autres les leviers du développement".
Quoi qu’il en soit, conclut le directeur de l'Isemar, "on est capable d’avoir 25 modèles de gouvernance portuaire en France aujourd’hui, dont aucun ne fonctionne, on peut donc bien essayer des choses nouvelles".

Adeline Descamps

Vendredi 28 Septembre 2018



Lu 1160 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy