Rail Freight Forward : le Train de Noé escale à Paris


Le Train de Noé était à Paris le 5 février, après des escales à Vienne puis Berlin. Ce démonstrateur dévoilé à la COP 24 à Katowice a été reçu par la ministre chargée des Transports, Élisabeth Borne. Pour son initiateur, Rail Freight Forward, le rail pourrait doubler sa part modale en Europe sous réserve de réunir plusieurs conditions.


Élisabeth Borne, ministre chargée des Transports, lors du départ du Train de Noé pour Bruxelles le 5 février à Paris © ED
Élisabeth Borne, ministre chargée des Transports, lors du départ du Train de Noé pour Bruxelles le 5 février à Paris © ED
Avec pour membres des entreprises fédérations et opérateurs du fret et du combiné ferroviaire, Rail Freight Forward mène campagne en faveur du report modal. Point d’orgue de celle-ci, le Train de Noé ("L'Antenne" du 15/01). Dans chacune des capitales européennes desservies, ce convoi est décoré par des artistes de rue.
Ce groupement a rédigé un livre blanc autour des enjeux du mode et de la lutte contre le climat, comme l'ont rappelé Sylvie Charles de SNCF Logistics et Pascal Sainson d’Europorte et membre de l’Association française du rail (Afra).
Les adhérents de Rail Freight Forward y confirment la possibilité de réduire les émissions de CO2 de 290 millions de tonnes au cours dix prochaines années et d'augmenter la part du rail en Europe de 18 à 30 % d’ici 2030. En France, l’objectif serait de passer de "10 à 20 %", précise Sylvie Charles. En monétisant les effets externes de la route, ce transfert modal représenterait "un gain de 100 milliards d’euros".

Demandes et promesses

Pour atteindre cette ambition, Rail Freight Forward invite les gestionnaires d’infrastructures "à faciliter et à simplifier les trajets transfrontaliers, à supprimer les goulets d’étranglement et à mieux coordonner les plages de travaux", énumère Pascal Sainson.
Aux autorités et aux régulateurs publics, il demande "une harmonisation des taxes, des coûts administratifs et des accès aux infrastructures entre le fer et la route ainsi qu’une meilleure prise en compte des coûts externes de cette dernière". De leur côté, les entreprises de fret ferroviaire s’engagent à travailler ensemble pour transformer et moderniser le secteur en stimulant l’efficacité et la normalisation, la rentabilité et la qualité de leurs services.

Le ministère s'est engagé

En France, plusieurs mesures prises en 2018 et rappelées par la ministre chargée des Transports, Élisabeth Borne, vont dans ce sens. Elles englobent la reprise de la dette de SNCF Réseau à hauteur de 35 milliards d’euros et un plan d’investissement dans l’infrastructure ferrée de 3,6 milliards d’euros par an pendant dix ans. Parmi les actions citées, figurent l’achèvement de la liaison fret Serqueux-Gisors, prévu mi-2020, et l’amélioration de la desserte ferroviaire des terminaux du port de Marseille-Fos. Les pouvoirs publics se sont aussi engagés à stabiliser les hausses des prix des péages au niveau de l’inflation et à maintenir la compensation fret à hauteur de 90 millions d’euros par an. Pendant cinq ans, 30 millions seront en outre alloués chaque année aux voies capillaires (10 millions) et de service (20 millions), tandis que le combiné pourra compter sur une "aide à la pince" abondée d’un budget de 27 millions d'euros par an.

Stratégie "Nouvel R" de SNCF Réseau

Ces mesures, qui restent à confirmer pour partie dans la future loi d’orientation des mobilités (LOM), s’accompagnent d’une réforme de Fret SNCF actuellement sur la table des autorités européennes. Ces dernières ont, par ailleurs, autorisé la France à aider financièrement la création et la rénovation de ses installations terminales embranchées (ITE). Par le biais de sa stratégie "Nouvel R", SNCF Réseau prévoit de son côté d’attribuer des sillons fret dédiés, d’arbitrer en faveur des trains marchandises lors de travaux et de coordonner ses actions avec les autres gestionnaires d’infrastructures autour des gabarits.
Après Paris, le Train de Noé est attendu le 20 février à Bruxelles, son ultime escale pour le moment.

Les cinq attentes du GNTC
Par la voix de son président, Dominique Denormandie, le Groupement national du transport combiné a précisé le 5 février les actions attendues par les rail-routiers. Au nombre de cinq, elles couvrent "la qualité de service et des sillons, la fin de la taxation au tonnage, la définition d’un plan national de plateformes combinées et la valorisation des tonnes « carbone » évitées par les trajets multimodaux".

Érick Demangeon

Mercredi 13 Février 2019



Lu 980 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide























Petites annonces



Les partenaires de l'Antenne



 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy