Reefer : la bulle de la conteneurisation bénéficie au conventionnel


Dans le reefer, la tendance à la conteneurisation progressive des dernières années a connu une accalmie en 2021. Le conventionnel a tiré profit de l'envolée des taux de fret et de la congestion portuaire qui marque le conteneur.


© Franck André
© Franck André
Dans le conteneur, sur le marché maritime du reefer, les services reliant l'hémisphère sud (Afrique subsaharienne, Amérique latine et Australie-Nouvelle-Zélande) avec l'Extrême-Orient, les États-Unis et l'Europe ont atteint le nombre de 146 en 2021, contre 122 en 2020.
Cette croissance de 22 lignes en un an n'est pas due, selon la dernière étude publiée par Dynamar, pour l'essentiel à l'arrivée de nouveaux transporteurs maritimes mais à la réorganisation des services opérés par les acteurs déjà présents sur le marché et à la création par ces derniers de nouvelles lignes.

Au total, sur ces 146 services, 56 proposent une offre en Amérique Latine, 50 en Afrique subsaharienne et 40 en Australie et Nouvelle-Zélande. Ils représentent dans leur ensemble 994 porte-conteneurs d'une capacité moyenne de 5.600 EVP et 860 prises frigorifiques alors qu'en 2020 854 navires et 750 prises frigo avaient été identifiées.

L'an dernier, 436 navires ont été affectés à la desserte de l'Amérique Latine, soit une capacité d'un peu plus d'un million d'EVP et 538.800 prises. L'Afrique subsaharienne, elle, a employé 333 navires, représentant une capacité de 1,6 million d'EVP et 187.300 prises frigo.  Quant à la région Australie-Nouvelle-Zélande, elle a mis à l'œuvre une flotte de 40 navires, soit une capacité globale de 1.067.900 EVP et 133.400 prises.

Dix armateurs contrôlent plus de 21 millions d'EVP

Parmi les transporteurs maritimes mondiaux conteneurisés impliqués dans le reefer, le nombre de ceux qui s'avèrent être spécialisés dans le secteur reste très faible, observe l'étude. Ils sont pour l'essentiel des opérateurs du conteneur ayant ajouté le transport frigorifique à leur arc.

Les dix principales compagnies maritimes présentes dans le secteur opèrent un total de 3.437 porte-conteneurs, affichant une capacité de 21,3 millions d'EVP et 2,15 millions de prises frigorifiques. Sur cette flotte, 815 navires sont exploités sur l'axe nord-sud, soit 5 millions d'EVP et 627.440 prises.

L'étude de Dynamar a dénombré en 2021 le français CMA CGM, le chinois Cosco, le taïwanais Evergreen, l'allemand Hapag-Lloyd, le coréen HMM, le danois Maersk, le suisse MSC, le japonais ONE, le singapourien PIL et le taïwanais Yang Ming.

Dans le détail, avec 37 services, CMA CGM opère 147 porte-conteneurs et Cosco propose 29 services avec 86 navires. Avec une flotte de 20 unités, Evergreen exploite 11 services. Les 74 navires de Hapag-Lloyd assurent 26 lignes. HMM et ses 9 porte-conteneurs en proposent 5. Maersk opère une flotte de 216 navires pour 34 services.

Il faut à MSC déployer 162 navires pour offrir 28 lignes. Quant à ONE, il exploite 53 navires pour 19 services. PIL, de son côté, en assure 13 avec 44 porte-conteneurs. Enfin, Yang Ming opère 4 navires pour exploiter 5 services.

Baltic Shipping, Seatrade et Frigoship, un trio de tête

Pour ce qui concerne le conventionnel, les auteurs de l'analyse reefer de Dynamar place Baltic Shipping en tête du marché, avec 10,3 % de parts mondiales. Le transporteur maritime danois exploite 31 navires, représentant une capacité de 18,3 millions de pieds cubes. Le belge Seatrade, lui, est situé au second rang, avec ses 26 unités, pour une capacité de 15 millions de pieds cubes.
Il devance l'allemand Frigoship, avec ses 34 navires et une offre de transport de 13 millions de pieds-cubes, ainsi que le belge GreenSea, avec ses 32 unités, qui opère 9,3 pieds cubes.

Au cinquième rang, avec 7,8 millions de pieds-cubes, le japonais Fresh Carriers exploite une flotte de 15 navires. Il est suivi par le britannique Africa Express Line, avec ses neuf navires, qui déploie 5,4 millions de pieds cubes.

Le coréen Boyang, avec 13 navires et une capacité de 3,2 millions de pieds cubes, se situe à la septième place du classement. Quant au britannique Star Reefers, il exploite 5 navires et 3,1 millions de pieds cubes.

"Les négociants de fruits comptent de plus en plus sur les porte-conteneurs de grande capacité frigorifique"


Le britannique Geest Line, avec ses 5 navires, représente une capacité de 3,1 millions de pieds-cubes. La compagnie costaricienne Dole Ocean, elle, constitue la dernière ce cette série de dix premiers transporteurs du secteur. Elle opère 6 navires pour une capacité de 3 millions de pieds-cubes.

Dans le secteur du négoce de fruits, selon Dynamar, "Les négociants (…) comptent de plus en plus sur les porte-conteneurs de grande capacité frigorifique. Les flottes conventionnelles de Dole (Dole Ocean Cargo Express) et Del Monte (Network Shipping) continuent de se réduire et Great White Fleet (Chiquita) a cessé d’utiliser des navires frigorifiques conventionnels il y a déjà deux ans environ".

En matière de commandes de la part des transporteurs maritimes conventionnels, les auteurs de l'étude ont relevé en 2021 dans le reefer une stagnation par rapport à 2020. Le carnet s'est élevé à 6 navires, tous de taille inférieure à 300.000 pieds-cubes et tous doivent être construits dans les ateliers coréens de Kyokuo.

Dans la flotte actuelle, on a répertorié un grand nombre de navires déjà anciens en 2021. 174 d'entre eux ont en effet été construits il y a 30 à 40 ans. Sur cet effectif, pas moins 50 ont dépassé une quarantaine d'années.

Vincent Calabrèse

Lundi 21 Mars 2022



Lu 1200 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal