Umep : "Créer un vrai partenariat avec le port"


Fédération professionnelle représentant quelque 600 entreprises adhérentes, armateurs, manutentionnaires et transitaires employant 17.000 personnes, l’Union maritime et portuaire (Umep) du Havre croit à l‘attractivité portuaire et logistique du Havre. Dans un esprit de réel partenariat, selon son président Christian Paschetta.


© Éric Houri
© Éric Houri
Quel bilan tirez-vous trois ans après la mise en application de la réforme portuaire, dans un contexte de crise ?
 
Si des armements comme CMA CGM et Maersk ont récemment communiqué une amélioration de leurs résultats, la situation ne s’avère pas enthousiasmante, entre les problèmes du groupe ferroviaire français, les difficultés financières que connaissent les transporteurs routiers, le modèle économique des transporteurs fluviaux qui semble menacer leur pérennité, ou encore les  difficultés des entreprises de manutention.  La crise a un impact sur les échanges et la croissance significative connue jusqu’en 2008 qui a justifié des engagements d’investissements importants ne s’est pas poursuivie : nous sommes toujours en situation de reconquête de nos volumes.
 
La dimension économique et financière de la réforme a été sous-estimée ?
 
La  mise en place de la réforme portuaire n’est pas sans conséquence. La règle du jeu, alors acceptée par l’Unim, a été de dire que créer une organisation des ports français comparable au standard international justifiait que la forme ne soit pas complètement satisfaisante. La volonté de mettre en œuvre l’évolution de l’organisation portuaire, en évitant le chaos social, a imposé notamment de prendre en considération l’ensemble des équipements et souvent l’ensemble des personnels, ce qui permettait d’optimiser l’organisation.
 Il y a des gains évidents dans la capacité de l’entreprise à se diriger elle-même, ce qui était l’objectif visé mais on a eu tendance à absorber les effectifs existants mais pas forcément les seuls effectifs qui étaient strictement nécessaires. La logique du système consiste à dire que seule la croissance est capable d’absorber cela. Mais dans le même temps, les prix du marché sont devenus extrêmement tendus, en contexte de crise, et nous sommes passés de charges variables à des charges fixes.

"Haropa a donné une meilleure visibilité à l'axe Seine"


Qu’attendez-vous aujourd’hui du Grand Port maritime ?
 
Le rôle des ports est d’être un levier au développement de la place portuaire. Mais nous sommes dans un carcan administratif, règlementaire, législatif, financier, où la naissance d’un projet comme l’accès aux financements sont extrêmement compliqués, quand les banques ne vous prêtent que si vous en avez  déjà de l’argent. Plutôt que de rappeler la loi, nous attendons que le port nous aide à surmonter les difficultés administratives et de jouer un rôle de garantie vis-à-vis des banques. Il faut un vrai partenariat, c’est-à-dire monter ensemble des projets, avec une vraie réflexion sur la politique à moyen terme, compte tenu des investissements futurs et en considération de ce qui est apporté par les co-investisseurs, avec un partage en amont des orientations en discussion avec les professionnels.
 
Que vous a apporté Haropa, concrètement ?
 
L’initiative est positive, Haropa a le mérite d’exister, en termes de visibilité, et a permis que l’axe Seine soit considéré au niveau international, mais chaque communauté portuaire garde sa personnalité. A défaut du Havre, je préfère qu’une entreprise s’installe à Rouen plutôt qu’ailleurs.

Natalie Castetz

Vendredi 3 Octobre 2014



Lu 138 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 3 Octobre 2014 - 15:37 Le port du Havre attend l’éolien offshore


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy